Eveil

Je craquelle, je m’éveille, je contemple ces mots qui ne sont pas les miens, je pense.

Je suis l’énigme au visage avec prête-nom, je suis le profil.

Le matin, je ne sens rien, pas même l’odeur de l’effort.

Eau forte d’amertume contre ces draps aux illusions brisées : un lieu commun que je me refuse d’accepter.

Je suis toi, je ne suis pas autre.

Grenier / Attic

Constellation: elle étudie la cage aux ouvrages, compte les points lumineux et les confessions.

Barreau: l’avarie de la transmission, la dissonance de cette offrande lissée.

Forme: un regard sur le coin corné gauche, pointillés et main qui gronde.

Coloris: l’établi poétique tourne à vide, conciliabules sans visages.

Deviner: les colorations factices.

***

Constellation: she is studying the literature cage, counting the illuminated points and confessions.

Bar: damage of the transmission, the damage of this smooth offering.

Form: a look at the left corner, dotted, growling hand. 

Color: the poetic workbench idles, faceless confabulations. 

Guess: facticious colorations. 

Instinct basique / Basic Instinct

Jargon cette sensualité gravée dans le blanc de nos noces éteintes.

L’ouverture comme soupçon désaturé de l’institution pulmonaire: signes de ton absence, ces larmes intérieures qui gravitent autour de ton for intérieur imprenable.

Instincts basiques de la consécration, l’âme clair-obscur s’évoque en camaïeux de diapasons.

Elles ailées d’Illyrie, l’illusoire allusion illuminée d’alchimie.

******

Jargon this sensuality engraved in the white of our faded wedding.

The opening, desaturated suspicion of the pulmonary institution: signs of your absence, these internal tears which revolve around your impregnable heart of hearts.

Basic instincts of consecration, the chiaroscuro soul is evoking shades of ranges.

Wings of Illyria, the illusory allusion illuminated of alchemy.

 

 

 

Coco(o)n

Cocon 

J’offre un baiser contre elles, j’en bégaie la perle marbrée.

 Demi-cercles, croches d’averse et explosion du noir coalisé, cette chaleur du cercle d’or.

 Aphasie mythomane, la consolante somnolence du cocon d’éther berce la rugosité de la bague spectaculaire. 

La mélodie de Madame : elle explore ses interstices projetés d’hémisphères graveleux.

 

Symphonie de l’amputée.

**** 

Cocoon

 I offer a kiss against them, I stutter a marbled pearl. 

Semicircles, quavers of rainfall and explosion of allied black, this heat of the golden circle.

Mythomaniac aphasia, the solacing somnolence of the ether cocoon cradles the roughness of the spectacular ring.

Melody of Madame: she explores her interstices and plan her smutty hemispheres.

Symphony of the amputee.

Resentment / (Res)sentiment

(Re)birth of dark gaze staring at you in the Claudine collar’s dignity.

(Re)joicing of the outfit, I hold this ustensil as my swiss lover, and I’m welcoming his forms and cause (to you) heel thigh breaking.

(Re)form of desire, this sweet madness, pungent melancholy weighs down the clumsy slopes of rust stainless steel.

(Re)turn my jacket, I rule over the trivial arranged like a napoleonic empire.

(Re)writing : a new me.

*************

(Re)naissance du regard sombre qui te fixe dans la dignité du col Claudine.

(Ré)jouissance de la tenue, je serre cet ustensile comme mon amant suisse, et j’accueille ses formes et (te) provoque la rupture du talon cuisse.

(Re)forme du désir, cette douce folie, mélancolie d’âcre qui fait ployer les inclinaisons malhabiles de la rouille d’inox.

(Re)tourner sa veste, je règne sur le trivial ménagé comme un empire napoléonien.

(Re)écriture d’un nouveau moi.

Temptation of Venice / La tentation de Venise

She is changing her life, she is flying away to something else.

She is gazing her temptation of Venice, she is feeling her cross stitch.

It’s rumoured that everyone has its own temptation of Venice : masked, the ideal city is giving itself to her.

Weight, gravity, be up there, to escape from here.

Illusions of this sweet cross, bitter cross of doubt.

Immutable temptation of Venice : the masked lagoon,  this bumblebee pallor.

*****

Elle change de vie, elle s’envole vers quelque chose autre.

Elle contemple sa tentation de Venise, elle tâte son point de croix.

La jauge d’ailleurs, Bible des contraires : le penchant, la fuite du Doge.

On dit que chacun a sa tentation de Venise devant soi : masqué, la ville rêvée s’offre à elle.

Le poids, pesanteur, être là-haut, s’échapper de là-bas.

Illusions de cette douce croix, croix âpre du doute.

Immuable tentation de Venise : la lagune masquée, ce bourdon pâleur. 

Linear / Linéaire

Underlying lines of the cage, my dreams (of intention) are stumbling against the exchange bright and silk.

The adequacy of the line, they’re undoubtedly evoking the Via Crucis.

In the softness of the cover, within the storm of potential vice.

This exposure to the parallel designs puts the automatic leak in the hand of missing subscribers.

Watermark, until our last fictitious breath: Inspire. Inspire.


Une cage aux lignes sous-jacentes, mes rêves (d’intentions) butent contre l’échange clair de soie.

La suffisance de la ligne, elle évoquent sans doute laVia Crucis. Dans le moelleux de la couverture, dans l’averse du vice potentiel.

Cette exposition aux visées parallèles met la fuite automatique aux abonnés absents.

Filigrane, jusqu’à notre dernier souffle factice: Inspirer. Inspirer.

Il avait raison l’Autre

Le partage du bourdonnement de ces étreintes jamais consentantes.

J’en pensée à l’Autre, armature putréfiée vers ces tyrannies double fond.

Explosion de ces tripes nécrosées, l’apparence.

Contrôle, le , lâche, violence, signe, la se fait. Pas de jouvence, l’absence au delà du noir.

Evacuer, prostituer son mot sur le trottoir jusqu’à ce quelque chose truc.

Déchoir son rang, à rebours factices.

Seul, le jugement et la morale. Solitude du deux, un paradoxe, l’ellipse, l’eau, texture, je crache d’incompréhension. J’évacue, cru.

Le distancié, quand rien n’est plus transparent qu’un poème qui se ment.

Ces jeux, l’épuisement, la petite vie, ces sursauts, ce mot de rien.

Le cri, les cris, le disque, la mise en quarantaine. Je n’écris plus, inventaire.

La transmutation est une fable, celle de l’huitre et du perroquet.

Tu crèveras face à cette jubilation scatophile : j’emmerde mes maux optimistes, ces cendres ne sont pas consumées. Connes d’hérésies, une à une briser les idoles du temple foire de répulsion.

Je veux, j’exige automatique, je cris, pisse comme l’Autre avec son Graal, je dérègle tout. Pas comme l’Autre.

Je m’arrache, je pars loin, ça m’arrache, ça ressemble à rien, ça se délite, ça se dilue, des tours.

Elle est où la poésie ? Pas cette immondice, pas dans le dormeur du val, elle est un rail, elle est un cela, elle est là,  elle est la virgule produite en série, elle est le lilas que je piétine, elle est cet écrit qui n’en finit pas, cette fulgurance, cette hâte, ces clichés d’accumulés.

Cette déchirure, cette fatigue.

C’est cela, c’est tout cela.

Il n’y a pas de réinvention, il n’y a pas de nouveau départ. J’écris pour moi, il avait raison l’Autre .

Expulsion. Totem. Je. 

Vogue

Eloge de la cage à lendemains, l’instrument de l’enclos à spirales de rémission, tâcheté et texture obscure qu’est le mot: sortie. 

Branches mortes du pommier, un oiseau de cuir ode et oraison factice du toit vissant tes habitacles. 

Voguer vers ta Jérusalem: la terre promise du Vice Potentiel. 

*** ***

Eulogy of the cage for tomorrows, the instrument of spiral’s enclosure in remission, speckeld and dark texture. The word : exit.

Dead branches of the apple tree, a leather bird, ode and prayer of the roof screwing your interiors. 

Vogue to your Jerusalem : the promised land for Potential Vice. 

Vidi

Vue imprenable sur cour, coquette demeure du Delaware composée de sa poitrine sans hormones de défiance. L’ordre moral se compose de mélodies d’intimimités orgueilleuses: bourdons d’effeuillage, colliers d’aveux et rivières de psaumes. Cachez cette tristesse que je ne saurai voir.

La fronde

Je fixe la paroi de la douche, j’épouse mon corps en noces perdues. 

L’eau perle. J’étouffe. Une robe outragée, une robe bafouée, une robe emprisonnée: tryptique et banalité affligeante.

Je crache contre la paroi, j’expulse ce noir en quelque chose que tu ne vois pas. 

Je gronde, j’utilise le je. Torrent du moi, méandre composition en vers. Je l’attends ce vice libérateur, la fronde. (L’enfermement, le cadenas, chuchotement). 

J’accuse, j’interroge: ne pas croire son reflet, broyer ce fardeau perlé. 

OuViPo 

Forteresse

Arme au poing, pas de quartier pour les craquelures de la forteresse.

Ce n’est pas l’arme qui fait le combattant, mais le combattant qui fend la larme.

Vêtue d’une brosse à dents, je caresse mes rêves et inspecte le songe couchant.

Ce jour là est bien différent, j’attends une visite : celle de l’OuViPo, l’Ouvreuse de Vices Potentiels. 

Devant la glace, je pense donc je suis

Belle-mère désabusée devant sa glace low-cost désabusée,

La voix du miroir est cassée, l’écho du beau est sur répondeur.

C’est un passage obligé, celui d’une image lisse brisée s’en sortant par la graisse des Cieux. Amen. 

OuViPo: Cage

Dormir est mon moment préféré de la journée.

Je dors seule, il n’est pas là.

Je dors seule, ils ne sont pas là.

L’apparat reste fixé à mon corps, je suis ma propre farce théâtrale.

Une scène où je dors avec le masque de mes reflets, un décor où je contemple ma pensée.

Le metteur en scène en grève d’inspiration m’a donné le nom d’Ashley.

Je perle d’espoir paisible, remède face au cliché de la cage. 

Ouverture De Vices Potentiels, Avant-Propos 

Subliminal

Spectacle d’épileptiques, dérive du continent lézardé, la perspective temps reconnaissance faciale.

Le geste, l’intronisation au verbe-protocole, flux indistinct des cages abolies précaution.

Spectateur carnaval despotisme est un autre moi, plagiat du Roi et insertion vertige dans la vitre embrasée.

Distance d’ébène, l’aphasie masque mot détermine chaos contre fronton. Cette explosion, explosons le choeur en foule.

Triptyque, l’insurrection parallèle, envolée collabore avec le soupçon versé d’arguments; l’oubli d’une logique horizontale, celle d’un culte du temple asiatique.

Double brouillage du poème, le poème comme fait d’hivers. Diverses, façons, diviser, la phrase; segmenter sa pensée; comme la phrase avec le point virgule.

Divaguer, endiguer, pour échapper à la censure. Imaginaire.