Sulpice

Colonne invisible et sentencieuse, le poids des maux de roches pour fasciner le désordre invisible.
Noire de nuit, nuit sans étincelles, l’Eglise trône sans le sceptre. Un poème se dévoile dans le confessionnal, vertical, à la lueur d’une bougie sans ciel.
Vestiges, ruines, on convoque des mots sans réellement nous surprendre.
Le pape de papier-crépon parle de texture et supplice, l’isthme de mon toit.

Simple-ici-te(rre)

Diviser le mot en tranches de charcuterie, c’est passer de l’objet total aux effusions gustatives. 

Une brève comparaison, une phrase entière pour exprimer un état simple: l’apaisement de l’incendie. 

Les courbes, le foulard au vent, mélange de voiles de bateau et page 47 de 20000 Lieues sous les mers : l’abîme des images, j’enterre mon pied et le grain gratte. 

Le mirage est une fiction nécessaire: je m’en vais doucement, disparition temporaire de ma tête dans l’oasis. 

L’oeil droit (ou)vert: une dernière dois, se remémore le trajet de la simple-ici(té). 

Un cri et porte-étendard conte les pieds-cimetière. 

Brandir la plume, c’est à son échelle…