L’écriture, c’est la main, c’est donc le corps: ses pulsions, ses contrôles, ses rythmes, ses pesées, ses glissements, ses complications, ses fuites”.
Roland Barthes, ” Roland Barthes contre les idées reçues”, Œuvres complètes, 1974
Double

Petits claquements du précipice, double perspective d’un envol.

Elle pense, s’évoque en graviers protocolaires.

Origine d’un ailleurs toi

***

Small slamming of the precipice, double perspective of a flight.

She is thinking, evoking gravel protocol.

Origin of an elsewhere you

Index

L’écran cataclysmique éteint, mise à l’index songeuse rêveuse abeille pétrochimique.

Pas d’inversion l’envol, l’an vole vers le paradoxe.

Bible déplafonnée.

***

The cataclysmic off screen, pensive blacklisting dreamy petrochemical bee.

No reverse the flight, the year flies to the paradox.

Removed Bible.

V.O.

À la volée révolte version originale
Marron colère,
Attachée - crachée - débattue - détruite - sifflée
Exaspérations d’Ici,
Renaissances des Exils

Prison

Il y a de ces révoltes volontaires, 

Où l’écrit tag contre les murs défraîchis: 

Mort de la poésie, vive la poésie. 

La prison est une case. 

21:11 

Nocturnes, censures, évacuation l’automatique, le voyage, l’ailleurs, perturbations anachroniques, carnavals posthumes, moitié en représentation, magma incohérent, bouillie crasse, luxure chromosome, écrire le purulent, ni onde, ni bien, ni gronde, ni feint, rythme, sans cadence, carnet.

Écrire à l’allure pour sublimer la carrure, forçant de l’inconsolée. Cintrer le vitalisme, lancinante réaction du contentement silencieux, mélodie banalité, maux, alignés, souffle, réflexion, j’aligne, j’aligne, j’aligne, les virgules, les points de régression, les parenthèses, les paraphes, la page suivante, loin, monologue, dialogue, bulle, l’incompréhension, rupture, remise de gaine, toi, toi enterré, toi ressuscité, toi crucifié, toi putride, dilué, jeu, je, j et eux, j’ai et puis e.

Moi. Recentrement. Représentation. Anglicisme du retour. Contrôles. Douces névroses. Point. Point. Points. Îlots accouchés. Charcuter les phrases. Déchiqueter le cygne. T’insulter. Chienne. Plaisir solitaire. Répulsion. Loin. Sphère conique. Iconique déchu.

État intermédiaire. Décaler à l’avancement le chaos la forme la forme, écrire c’est d’abord soi, culte, entre-deux moi sans moi, pages, trivialité, cru, la vermine verbillage avance, pas, pas, pas, trinité, petit seigneur de ce doux sentiment, créateur.

Dérégler son écrit et ne plus l’arrêter, nommer l’exercice. Gangrène et renouveau, nécrose ta greffe, lieu commun, je, je, je, je. Obsession je, me produire en série et contrefaçons. Taire la voix, entendre le je.

Frontière

Escalier somptuaire vers le précipice, 

Heures en rénovation, 

Tes frontières craquelles, 

La belle envolée. 

Evacuation

Tableau des gravillons bétonnés, 

la plainte étouffée par la bâche double face, 

l’envolée vers l’escalier jaune. 

Renaissance sans ivresse du toit. 

Circé

Circé, ton ombre prisonnière,
Poussière ruches narcotiques.
Ces luttes pour le plafond de verre.
Circé prisonnière.

Blu: Toile

Ecran incarcéré, je m’aplatis contre le voile pétrochimique. 

J’évade vite et livide et butte contre tes ombres caressantes. 

Toile et toi, bouches d’ondes. 

Blu » Work in Progress

Petits pas bâchés, ton bras cache la hache. 

Voiles incolores, ton ombre inconstante ce paravent lueur. 

Facettes en construction, renaissances en bleu sels.

Mirum Nocte I

altérations de vos perceptions
la nuit bizarre comme un ange cataclysme

tu me fixes dans cet escalier morbide
je m échappe ( de toi )

***
distorsions your perceptions
the odd night like an angel cataclysm

you re looking at me fixedly me in this morbid stairs

Escape ( from you )

Pleyel

La nuit dernière, j’ai vibré au son de l’informe.
La nuit dernière, une scène et un piano.
La nuit dernière, tu n’étais pas dans la salle.
La nuit dernière, j’ai ressenti l’émotion.
La nuit dernière, j’ai exhumé les fossiles.
La nuit dernière, mes totems ont rompu le charme.
La nuit dernière, j’ai aboli la poésie. La nuit dernière, j’ai craché sur la psalmodie.
La nuit dernière, j’ai connu l’ivresse.
La nuit dernière, la bulle de champagne était réelle.
La nuit dernière, j’ai vu ma prose.
La nuit dernière, l’exorcisme.
La nuit dernière, j’ai professé l’Ailleurs.
La nuit dernière, j’étais au fond de la scène.
La nuit dernière, j’étais à Pleyel.
La nuit dernière, la plaie du palimpseste a été vaincue.
La nuit dernière, j’ai rêvé d’optimisme.
La nuit dernière, esquisse du moi.

R

Royaume Rayon Reve(rs) Racine Retour Résurrection Risque Rire