Traverse

L’averse, l’inverse ligne trace, aversion noir, blanc chair, courbe baldaquin. Chemin de traverse.

Le Pont des Tombeaux

Sous le Pont des Tombeaux coule la Scène
Et nos amours passés
Faut-il que le souvenir revienne
Le silence vient toujours après la haine

Vient le jour tonne la nuit
La trace s’efface je blêmis

La main sans ta main je contemple
Alors que sur
Le pont de Paris passe
Des flaneurs dont le spectacle m’agace

Vient le jour tonne la nuit
La trace s’efface je blêmis

Le souvenir s’en va comme cette eau d’onde
Le souvenir s’en va
Comme le tonnerre gronde
Et la pétrochimie m’innonde

Vient le jour tonne la nuit
La trace s’efface je blêmis

Passent les passions et passent les passés
Ni passé ce temps
Ni les souvenirs reviennent
Sous le Pont des Tombeaux coule la Scène

Vient le jour tonne la nuit
La trace s’efface je blêmis

- Librement inspiré de Guillaume Apollinaire, Le Pont Mirabeau

Métro

Métro

Clapotis cliquetis clinquant

Claque clafoutis clameur

Clémente Chloé

Chlorophylle

Métro

Vanité / Vanity

Vanité. Le temps efface la couleur. 

Fenêtre sur cour, l’écho zone les murs du grenier. 

Une trace, icône dans le brouillard.

Sortir du mausolée des amants, par la grande fenêtre.

***

Vanity. Time erases the color. 

Window and the courtyard, the echo on the attic walls

A trace, icon in the fog. 

Leave the mausoleum of lovers, by the large window.
Ce territoire // This land

Juste. Regarde. Dans le miroir. Demande toi. Pourquoi. Il n’y a pas. De chandelier. Seulement. Un reflet. Du Prieuré. Inhabité. Ce territoire.  Sans toi.  

***

Just. Look. In the mirror. Ask to yourself. Why. There is not. A candlestick. Only. A reflection. Of the Prieuré. Uninhabited. This land. Without you. 

Lettre

Mettre un maux sur la lettre, T sur la tête, barbier sans le R, écrire la lettre rond comme un dos, poser le mot sur mon être, m’alanguir bouillonnant ces maux.

***

Put a word on the letter, T on the head, barber without the R, write the letter as a round back, put the word out about my being, grow languid bubbling these evils.

Le reflet

Forêt elliptique, petits pas arborescence. Nouveauté textuelle, la trace évoque le passé. Il se contemple dans les ruines s’offrant à son reflet.

***

Elliptical forest, small steps tree. Textual novelty, the trace evokes the past. He is contemplating in the ruins offering to his own reflection.

Miroir qui craquelle

Craqueler les escaliers dans mon miroir,
Mon reflet aboli comme une trace ensevelie, lit liaison liturgie de mon miroir qui craquelle. Marelle mère quel silence dans mon miroir ces reflets d’absence.

***

Crack the stairs in my mirror,
My reflection abolished as a buried trace, my mirror’s liturgy. Mother, silence, in my mirror the reflections of absence.

R.

Retour monochrome, boucle en noir. 

Main trophée, voile marteau. 

Drapeau cantique, antique repos. 

***

New monochrome, dark loop. 

Hand trophy, veil hammer. 

Flag canticle, antique rest. 

Le Corps

Le Corps. Étendu. Côté.

Délicatesse. Aurore. Précipice.

(Ex)tension. Langage. Le Corps.

***

The Body. Extended. Side.

Delicacy. Dawn. Precipice.

(Ex)tension. Language. The Body.

Esquisse

Silhouette l’avidité suggérée

L’être crudité énonciation de l’autel

Ébaucher le verger comme une offrande

L’esquisse fleurit du postérieur des ailleurs.

***

Silhouette suggested greed

Crudeness enunciation the altar

Sketch the orchard as an offerin

The sketch flourishes : elsewhere

Origine vert

Poser le nu palimpseste, s’effacer derrière le voile

Contempler la peinture, poser les cailloux irisés

Pupille symphonie, la découverte

L’origine de ton Vert soupir 

***

Pose the naked palimpsest, be erased behind the veil

Contemplate the painting, pose iridescent stones 

Pupille symphony, discovery 

The origin of your Green sigh